Interventions de Séverine Dessajan et Tomas Legon au congrès de l’AFS 2019

Séverine Dessajan et Tomas Legon ont tous deux présenté des résultats du projet à l’occasion du dernier congrès de l’Association Française de Sociologie, qui s’est tenu à Aix-en-Provence du 27 au 30 août dernier. Voici les titres et résumés et leurs communications respectives :

Séverine Dessajan, Université Paris Descartes, CERLIS : « Variations des pratiques d’automesure chez de jeunes mères »

Résumé :

« Cette communication cherchera à comprendre les logiques de quantification des jeunes mères quand ces dernières pratiquent l’automesure pour elle et/ou pour leur bébé. Aujourd’hui, un nombre conséquent d’actifs trentenaires et quarantenaires connaissent des pratique d’automesure avec comme finalité implicite voire explicite un « miroir réfléchissant » (Cardon, 2015, 70). Il s’agira ici de pratiques d’auto-mesure centrées sur des perspectives nourrissant des intérêts pour la dimension corporelle du soi et du bébé. Cela se vérifie particulièrement pour les femmes à l’arrivée de leur premier enfant. En effet, plusieurs d’entre elles ont recours à des usages de self-tracking ; certaines utilisent des dispositifs connectés tels que des balances, montres de sport, bracelets, podomètres, carnets d’alimentation, agendas, consignant ainsi leurs activités ou états physiques ; d’autres se servent d’applications dédiées à l’enregistrement de ces activités pour elles ou alors pour le bébé, sur téléphones ou sur tablettes. Ces pratiques se formalisent donc par une « mise en chiffre de soi » (Pharabod et al., 2013).

Ainsi quantifier se fait à deux niveaux pour elles : une quantification à soi, pour soi, de soi et une quantification à autrui et d’autrui, pour leur bébé. Ce dernier usage a pour lien la petite enfance, il s’agit d’enregistrer la prise de poids pendant la grossesse et la bonne croissance du bébé puis après la naissance, de mesurer les tétées, le sommeil, la prise de biberon puis après lors de la diversification alimentaire, l’évolution de la courbe de croissance, la prise de poids du bébé et la perte de poids de la maman, etc. Ces usages ont plusieurs finalités mais d’un prime abord peut leur servir de continuum entre vie professionnelle et vie personnelle, ainsi d’outils d’aide à l’organisation de leur quotidien (Martin et Dagiral, dir., 2016), mais ils traduisent également une préoccupation de soi et d’autrui, d’une recherche d’une hygiène de vie plus saine. Il est intéressant d’analyser la logique de ces pratiques et d’observer comment elles permettent de reconfigurer un rapport à soi et/ou à autrui, seul, en couple ou en famille. Le fait de quantifier permet-il alors de mieux se surveiller, voire contrôler ses propres activités ou états physiques ? Est-ce dans la recherche d’être une « bonne mère » (Lupton, 2012) ? Cette communication s’appuiera sur une vingtaine d’entretiens réalisés dans le cadre d’une recherche collective sur la quantification de soi, auprès de femmes, trentenaires ou quarantenaires, qui ont des pratiques de self-tracking depuis plus de trois mois. »

Tomas Legon, Télécom ParisTech et EHESS, CEMS : « Se quantifier à plus de 50 ans : objectivation de soi et perception subjective de son âge »

Résumé :

« Cette communication propose de comprendre le lien entre des pratiques de quantification de soi et le classement subjectif de soi comme étant d’un certain âge. Les publications sur ces pratiques de quantification de soi émergent essentiellement au début des années 2010 et ce sont multipliées récemment (Lupton, 2016). Mais elles appuient leurs réflexions sur le modèle (implicite ou explicite) d’un acteur plutôt jeune, en tout cas actif, connecté et engagé dans une optimisation de soi qui peut lui rapporter des gains personnels, professionnels, amoureux, etc. dans l ‘optique d’une « carrière » en cours de construction. Il est donc particulièrement intéressant de se demander comment s’opère la quantification de soi chez des individus âgés, qui n’ont plus d’activité professionnelle et qui n’ont pas été socialisés précocement aux usages de technologies numériques. On peut notamment s’interroger sur la manière dont l’objectivation de soi par des outils de mesure s’articule à la perception subjective de soi comme appartenant à une certaine catégorie d’âge (la « vieillesse », par exemple) et comme étant à un certain stade temporel de sa vie.

Pour ce faire, cette communication abordera dans un premier temps ce que l’âge des enquêtés fait à la pratique de quantification de soi : en quoi le fait d’avoir passé certains seuils comme la retraite ou la ménopause (qui peuvent fonctionner comme des « épreuves » dans le processus de vieillissement) et la présentation de soi comme étant dans un certain cycle de vie (être « vieux », « retraité », « senior »…) sont des contextes qui conduisent à envisager plus facilement certaines formes spécifiques de surveillance de soi ? J’analyserai ensuite ce que la quantification de soi fait au processus de vieillissement : je montrerais notamment que, si aucun enquêté ne cherche à « s’optimiser » ou « améliorer des performances » à l’aide d’outils de self tracking, la pratique de quantification de soi peut quand même être tournée vers des modifications futures de soi vues comme souhaitables. En outre, en objectivant une forme de déclin par les statistiques (déclin des performances sportives, de l’activité physique, de l’état de santé…), le fait de se quantifier participe au processus d’acceptation subjective de ces nouvelles limites objectives (correspondant ainsi au « vieillissement social » tel que définit par Bourdieu (1979)) et conduit les enquêtés à réorganiser leurs activités et à repenser des objectifs réalistes (correspondant ainsi à la « déprise » décrite par Caradec (2008)).Cette communication s’appuiera sur des données produites dans le cadre de la recherche collective « Quantiself », financée par l’ANR. Je mobiliserais ici les données issues d’une enquête par entretien réalisés avec 30 individus de 50 ans et plus (l’enquêté le plus âgé du corpus a 87 ans) qui quantifient un aspect de leur vie depuis au moins 3 mois au moment de la prise de contact. Une dizaine d’enquêtés ont été interviewés une seconde fois, un an après le premier entretien, pour mesurer l’évolution de leurs pratiques de quantification d’eux-mêmes. Sans être explicitement citées ici, les analyses peuvent s’appuyer sur la comparaison avec le reste du matériau empirique produit dans le cadre de la recherche collective (entretiens avec des individus d’autres tranches d’âge, données de cadrage issues d’un questionnaire renseigné par 1829 individus). »

Parution du n°216 de la revue « Réseaux » : « Quantified Self »

Ce numéro, paru en juin 2019, rassemble des contributions initiées et/ou poursuivies dans le cadre du projet ANR Quantiself, et est coordonné par Éric Dagiral, Christian Licoppe et Anne-Sylvie Pharabod. Le sommaire et l’ensemble des articles sont disponibles via la plateforme Cairn. Les liens directs vers les articles figurent également dans la rubrique « Publications » de ce site. En voici l’argumentaire :

« En quoi consistent les technologies désignées par l’expression « Quantified Self » ? Au-delà des seules pratiques sportives et médicales qui lui sont souvent associées, ce numéro propose d’explorer les origines et la variété des pratiques de quantification des individus en prenant au sérieux l’importance du tournant numérique. Pour une partie des observateurs, l’intérêt émergent pour la « quantification du soi » ou le « Soi quantifié » doit en premier lieu être rapporté à la diffusion croissante d’objets connectés (capteurs, bracelets, montres et applications mobiles, etc.) résolument attachés aux personnes (portés sur soi de façon particulièrement continue). Pour d’autres analystes, le « Quantified Self » désigne un prolongement et un renouvellement des façons de mesurer les corps, les états mentaux et les activités humaines. Ainsi figure-t-il un nouveau registre d’extension de la mise en données du monde et des individus à l’ère numérique et qui intéresse plusieurs disciplines, et dont ce numéro propose le premier état des lieux en langue française.

Ce numéro de Réseaux s’intéresse donc au « Quantified Self » à travers plusieurs perspectives. Il analyse tout d’abord le point de vue du mouvement sociopolitique californien qui porte cette promesse de connaissance de soi par les chiffres ; il entre également par les dispositifs numériques contemporains – et plus anciens – de mesure de soi ; et il présente une vaste analyse inédite du déploiement contemporain des pratiques de self-cracking en France. Ce numéro propose donc tout à la fois de porter un regard empirique et distancié sur le développement des quantifications de soi, d’en explorer les origines et la variété en prenant au sérieux l’importance du tournant numérique. Il commence par faire le point sur les nombreux travaux de sciences sociales récemment consacrés à cet objet, dont il catégorise les grandes questions de recherches et présente les principaux résultats. Il revient ensuite en détails sur les différentes facettes associées à la métaphore du « Quantified Self », et analyse les théories inscrites dans ces technologies. Il présente enfin les résultats d’enquêtes de terrain originales auprès des usagers des technologies de mesure de soi : la première montre que les enjeux et les pratiques de quantification des individus évoluent largement selon le cycle de vie ; la seconde analyse en profondeur le suivi des pratiques de la marche, à travers le comptage du nombre de pas. »

Auteurs du dossier thématique :
Éric Dagiral, Séverine Dessajan, Tomas Legon, Christian Licoppe, Olivier Martin, Mika Pantzar, Anne-Sylvie Pharabod, Serge Proulx, Minna Ruckenstein, Moustafa Zouinar

« The Wellness » : À écouter sur France Culture

(C) France Culture 2018

Dans le cadre des créations documentaires « Création On Air » produites par France Culture, Éric Dagiral a répondu à quelques questions sur les thèmes du bien-être et de l’émergence du mouvement du Quantified Self en Californie.

Cliquez ici pour l’écouter (site de France Culture)

Présentation du programme (60 mn, 1ère diffusion le 25/11/2018) : 

« C’est une évolution mondiale. Sous les bannières « Connected health » ou « e-santé », le bien-être et la santé connectée ont envahi depuis quelques années les rayons des grands magasins : montres connectées, bracelets pour mesurer la tension, balances directement branchées sur son smartphone, etc. En parallèle, le coût de séquençage d’un génome humain est tombé aujourd’hui sous la barre des 1000 euros, facilitant l’accès massif aux données génétiques des populations.

Ainsi, mesurés quotidiennement grâce à votre bracelet électronique, votre smartphone, etc, quelques biomarqueurs bien choisis pourraient anticiper l’apparition d’une maladie grave : aidé de votre « télédocteur », vous pourriez alors rapidement corriger le tir, changer votre alimentation, modifier vos pratiques sportives… et voir ainsi le malheur déjoué. Bref, Minority Report mais version médicale.

En adoptant « The Wellness », vous pourriez vous assurer une santé sans faille : « Minimizing diseases to maximize life » ! »

Un documentaire de Mariannick Bellot et Jean Baptiste Veyriéras réalisé par Gilles Mardirossian.

 

Résumé du projet « Quantiself »

Ce carnet présente des travaux et réflexions conduits à l’occasion du projet de recherche QUANTISELF, consacré à l’analyse du déploiement des technologies numériques réflexives de quantification de soi ou Quantified Self (QS). Ce projet est financé par l’ANR (ANR-16-CE26-0009) entre janvier 2017 et septembre 2020. À partir d’une étude des usages et de la conception de ces dispositifs adossés à des capteurs toujours plus ajustés aux individus qui mesurent, enregistrent et agencent – souvent de façon automatique – des données relatives aux comportements et aux activités physiques, il a pour objectif d’en comprendre les pratiques réelles et les enjeux sociaux en termes d’appropriation de ces technologies, de régulation « souple » des comportements, et de production des individus ainsi « calculés ». Le QS produit ainsi un sujet encadré par des seuils dont le franchissement devient un événement notable, selon des modalités façonnées par les modes de visualisation et qui en dépendent étroitement. Nous faisons l’hypothèse que ces systèmes produisent une forme d’expérience divisée et particulière du monde dans laquelle les décalages entre l’expérience ordinaire (qu’il s’agisse de mobilité, de consommation ou de santé) et les traces que renvoient les dispositifs questionnent les utilisateurs et les orientent. Les enjeux analysés dans QUANTISELF sont donc tout autant cognitifs que moraux. Afin de prendre acte de la place effectivement occupée par ces dispositifs qui replacent les corps des personnes au centre des existences numériques, l’enquête empirique articulera trois volets afin d’analyser à la fois le mouvement QS et les concepteurs de dispositifs, l’expérience individuelle des usagers et la socialisation de ces expériences au sein des relations interpersonnelles. Pour ce faire, les partenaires articulent une grande enquête qualitative auprès d’utilisateurs (autant de femmes que d’hommes) d’une part et de concepteurs et organisateurs de ce domaine d’autre part avec une enquête quantitative par questionnaire interrogeant les représentations et les usages du QS. L’enquête sur les usages, conduite en deux vagues réalisées à un an d’écart, interroge les usages et leur évolution tant en contexte privé que professionnel, et questionne en particulier l’entrelacement des enjeux de bien-être, d’activités physiques et sportives ou de santé aux différents âges de la vie, afin de tenir compte de leurs enjeux particuliers. À partir des résultats obtenus, une synthèse sur « les enjeux sociaux de la quantification de soi » sera rédigée de façon collaborative par l’ensemble des partenaires du projet. Elle permettra d’apporter un éclairage empirique et théorique original sur les enjeux sociaux à la fois individuels, collectifs et organisationnels du Big Data en rapport avec la multiplication et la généralisation des dispositifs de production des données numériques personnelles en société. Dans cette perspective interdisciplinaire, trois axes seront ainsi privilégiés : 1) l’analyse de l’émergence du mouvement du QS en tant que mouvement socio-politique et technologique original ; 2) appréhender l’expérience individuelle des acteurs : comment agit-on dans un écosystème réflexif dans lequel des données sur l’action plus ou moins en train de se faire sont renvoyées aux acteurs par les dispositifs technologiques ? Et 3) rendre pleinement compte des formes de socialisation de cette expérience et de la place qu’occupe la quantification de soi dans la reconfiguration des relations interpersonnelles et dans la construction du lien social. Le Projet de Recherche Collaborative-Entreprise QUANTISELF est coordonné par le laboratoire CERLIS de l’université Paris Descartes, est conduit avec Télécom ParisTech et Orange, et est prévu pour se dérouler sur une durée de 36 mois.