Equipe

Le coordinateur du projet

ERIC DAGIRAL, CERLIS

Éric Dagiral est maître de conférences en sociologie et chercheur au CERLIS. Coordinateur du projet ANR QUANTISELF, ses recherches articulent une analyse de la conception et des usages des dispositifs numériques à travers des enquêtes collectives réalisées dans des domaines d’activités variés, de la recherche en santé aux reconfigurations des pratiques de sociabilité. À l’université Paris Descartes, il enseigne tout particulièrement la sociologie d’internet, des TIC et des médias, ainsi que les méthodes d’enquête quantitatives et qualitatives à travers l’analyse de questionnaires et de données issues du web.

Publications relatives à Quantiself:

  • Dagiral É. & Martin O. (2017), « Liens sociaux numériques. Pour une sociologie plus soucieuse des techniques ». Introduction au numéro thématique « Liens sociaux numériques », Sociologie, vol. 8, n°1, p. 3-22.
  • Dagiral É. & Parasie S. (2017), « La « science des données » à la conquête des mondes sociaux. Ce que le « Big Data » doit aux épistémologies locales », in P.-M. Menger & S. Paye (dir.), Big data et traçabilité numérique. Les sciences sociales face à la quantification massive des individus, collection « Conférences du Collège de France », Paris, Collège de France, p. 85-104.
  • Dagiral É., Jouzel J.-N., Mias A. & Peerbaye A. (2016), « Mesurer pour prévenir ? Entre mise en nombre et mise en ordre (introduction) », Terrains & travaux, n°28, p. 5-20.

Missions au sein de QUANTISELF :

J’assure la coordination générale du projet et contribue plus spécifiquement à la réalisation des volets empiriques qualitatifs (auprès des 30-49 ans) ainsi qu’à la conception et à l’analyse de l’enquête par questionnaire.

Coordonnées :

Les co-porteurs du projet

CHRISTIAN LICOPPE, TELECOM PARISTECH

Christian Licoppe, X (76), ENST (81), est professeur en sociologie à Telecom Paristech. Il a mené depuis plusieurs années des recherches sur les pratiques de communication et de mobilité en particulier autour des formes de localisation. Il a aussi développé une approche ethnographique de type « workplace studies », basée en particulier sur l’analyse des données vidéo, à l’intersection de la sociologie du travail et de l’anthropologie de l’activité, et avec une sensibilité vers les pratiques interactionnelles et les médiations technologiques à travers lesquelles elles se déploient. Il mène dans ce cadre depuis plusieurs années des recherches sur les formes de participation et d’intervention à distance, en particulier dans le contexte judiciaire. Enfin, il est actuellement engagé dans un projet de recherches sur les technologies réflexives, orientées vers la quantification de soi (Quantiself)

Publications relatives à Quantiself:

  • Licoppe, C., Draetta, L., & Delanoe, A. (2013). “Des “smart grids” au “quantified self”. Technologies réflexives et gouvernement par les traces, une étude de cas sur la consommation électrique en milieu domestique.” Intellectica 59(1), pp. 267-290.
  • Licoppe, C. (2013). “Formes de la présence et circulations de l’expérience. De Jean-Jacques Rousseau au « Quantified Self ». ” Réseaux 182, pp. 21-55.

Coordonnées: christian.licoppe@telecom-paristech.fr

ANNE-SYLVIE PHARABOD, ORANGE

Formée en anthropologie sociale à Nanterre et à l’EHESS,  Anne-Sylvie Pharabod travaille au laboratoire SENSE des Orange Labs, où elle développe une approche ethnographique des usages du numérique dans la vie privée. Après avoir analysé le partage des écrans dans l’espace domestique, ses travaux récents portent sur deux thèmes : d’une part, les sociabilités entre internautes qui se développent grâce aux plateformes d’intermédiation entre particuliers (On Va Sortir, BlaBlaCar) et d’autre part, les pratiques de quantifications personnelles.

Quelques publications :

  • Pharabod, A.-S., Nikolski, V., Granjon, F., « La mise en chiffre de soi. Une approche compréhensive des mesures personnelles  », Réseaux, 2013.
  • Granjon, F., Nikolski, V., Pharabod A.-S. « Métriques de soi et self-tracking : une nouvelle culture de soi à l’ère du numérique et de la modernité réflexive ? », Recherches en communication, vol. 36, pp 13-26, 2011.
  • Pharabod A.-S., « Compteurs, capteurs, tableaux de bords… : quelles sont les pratiques de quantification de soi ? », communication semi-plénière au Congrès de l’AFS, Saint Quentin en Yvelines, 1er juillet 2015.

 Missions au sein de QUANTISELF :

Responsable scientifique du projet pour Orange Labs, elle définit et coordonne l’implication de l’opérateur dans le projet tant au plan scientifique qu’administratif. Particulièrement investie sur le volet qualitatif de l’enquête sur les usages des outils numériques, elle apporte au projet son expertise sur le sujet. Elle participe activement à la conception du terrain, à la passation des entretiens et à l’analyse du matériau recueilli, et contribue, en concertation avec l’ensemble des partenaires, à la bonne articulation des différents lots du projet.

Coordonnées : annesylvie.pharabod@orange.com

Les membres de l’équipe

AUDE DANIELI, CERLIS

Docteure en sociologie de l’université Paris-Est-Marne-la-Vallée, Aude Danieli est post-doctorante dans le cadre de l’ANR Quantiself au CERLIS depuis le 1er septembre 2019, et également chercheuse associée au Laboratoire Techniques, Territoires et Sociétés (LATTS). Elle a également travaillé en partenariat quatre ans avec le groupe de recherche Énergie Technologie et Société (GRETS) d’EDF Lab. Ses recherches portent sur l’émergence, les mécanismes de diffusion et de contestation des objets connectés dans le secteur de l’énergie tels que les compteurs communicants d’électricité nouvelle génération «Linky» : modèles de conception, appropriations concrètes, ressorts médiatiques et politisations. À l’université Paris Est Marne-la-Vallée, elle enseigne la sociologie économique, la sociologie des TIC ainsi que les méthodes qualitatives à travers l’analyse d’observations et d’entretiens issus d’enquêtes empiriques franciliennes (particuliers, militants, professionnels).

Missions au sein de QUANTISELF

Intégrant le projet ANR Quantiself pour sa dernière année de mise en oeuvre, elle met à contribution son expertise en sociologie des techniques et de la conception des outils de quantification ainsi que de la sociologie des pratiques professionnelles et des usages domestiques du numérique. Elle participe plus précisément aux volets qualitatifs de la recherche, notamment auprès des concepteurs et usagers.

Quelques publications

  • Danieli A., 2018, La « mise en société » du compteur communicant. Innovations, controverses et usages dans les mondes sociaux du compteur d’électricité en France, thèse de sociologie, Université Paris-Est, 592 p.
— “The French electricity smart meter: reconfiguring consumers and providers” in Infrastructure in practice: the evolution of demand in networked societies, Elisabeth Shove, Frank Trentmann, Routledge (eds.), London, New York, p. 155-167.
  • Danieli A., 2018, « Le compteur Linky bientôt chez vous ». Les régulations de proximité à l’épreuve de nouveaux mécontentements locaux, in L’atelier des usages de l’énergie. Anthropologie d’une transition en cours, coord. Hélène Subrémon, Nathalie Ortar, p. 151-172, Éditions Pétra, Paris.
  • Danieli A., 2016, La « mise en société » du compteur d’électricité communicant Linky. Enseignements sociologiques de la trajectoire d’innovation d’un outil de régulation économique in Pratiques sociales et usages de l’énergie, coord. Isabelle Moussaoui et Magali Pierre, p. 123-136, Éditions Lavoisier, Paris.

Coordonnées : aude.danieli@u-pem.fr

SÉVERINE DESSAJAN, CERLIS

Docteure en anthropologie sociale de l’EHESS  (2000), Séverine Dessajan est devenue ingénieure d’études au CERLIS en 2009, au sein duquel elle a contribué à de nombreuses enquêtes qualitatives. Ses recherches s’effectuent dans deux principaux domaines : d’une part en sociologie des âges de la vie : de la jeunesse notamment sur les liens entre adolescence et santé, à la vieillesse sur les rapports entre vieillissement, mémoire individuelle et mémoire collective, d’autre part en sociologie de la culture : de l’expérience de visite dans les musées à la muséologie participative voire aux questions d’inclusion sociale et culturelle par l’éducation artistique et culturelle…

Missions dans le projet QUANTISELF :

Responsable de la cellule de valorisation du Cerlis, elle mène un travail de diffusion des actualités de la recherche que ce soit sur le site internet du laboratoire ou sur les réseaux sociaux. A ce titre, Séverine Dessajan accompagnera Éric Dagiral en tant que chargée de valorisation scientifique dans le travail de coordination et de communication des résultats de QUANTISELF. Elle participera également à l’enquête qualitative auprès des usagers, de la conception à la passation des entretiens jusqu’à leur analyse.

Coordonnées :

TOMAS LEGON, TELECOM PARISTECH

Docteur en sociologie de l’EHESS, Tomas Legon est chercheur associé au CEMS et ingénieur d’études à Telecom Paristech.  Dans le cadre d’études portant sur les adolescents, il a notamment mené plusieurs recherches sur la manière dont les pratiques culturelles s’actualisent en régime numérique, et s’intéresse à la façon dont les pratiques numériques peuvent être considérées comme des pratiques culturelles en soi. Il met à contribution son expertise en sociologie des âges de la vie et des usages du numérique dans le cadre de l’ANR QUANTISELF.

Quelques contributions :

  • Legon, T et Licoppe C.,  « “A mon âge, il faut faire attention” : quantifier le corps pour prévenir son déclin” communication lors la journée d’étude La Télémédecine et les objets connectés en santé au prisme des SHS, organisée à Nice le 14 septembre 2019 par le LAMHESS et la MSHS Sud Est.
  • Legon, T , « Se quantifier à plus de 50 ans : objectivation de soi et perception subjective de son âge », communication au congrès de l’AFS, 30 août 2019.

Missions au sein de QUANTISELF :

Il mène une enquête par entretiens sur la quantification de soi des plus de 50 ans et participe à l’enquête enquête ethnographique des processus de conception de ces applications

Coordonnées : 

OLIVIER MARTIN, CERLIS

Mes principales recherches s’inscrivent dans trois domaines : la sociologie de la quantification, en intégrant les questions sur les fondements et les effets de la fabrication des statistiques et des mesures ; la sociologie des liens numériques et des usages des technologies de communication (téléphonie, internet, facebook…), notamment dans la sphère privée ; la sociologie des sciences et des institutions scientifiques, notamment des sciences sociales.

Missions au sein de QUANTISELF :

Au sein du projet QUANTISELF, je suis notamment en charge de l’enquête quantitative par questionnaire sur les pratiques d’enregistrement de soi et de quantification de soi. Plus généralement, mon intérêt se focalise sur deux aspects de cette recherche : les formes de pratiques d’enregistrement / quantification de soi ; les dispositifs de mise en chiffre, que ceux-ci soient incarnés dans les applications standardisées, ou qu’ils soient le produit de pratiques individuelles « bricolées ».

Coordonnées :

SERGE PROULX, TELECOM PARISTECH

Serge Proulx a obtenu un doctorat en sociologie (École Pratique des Hautes Études, Paris, 1973). Il crée en 1975 le département de communication de l’Université du Québec à Montréal (UQAM).  Aujourd’hui professeur émérite en communication de l’UQAM et professeur associé à Télécom ParisTech (France). Ses travaux de recherche portent sur les mutations des usages et des dispositifs d’information et de communication, en particulier les innovations et contributions des usagers dans le contexte de l’économie numérique. Auteur d’ouvrages et articles scientifiques sur les technologies de communication et le changement social, il a surtout privilégié les méthodologies qualitatives et ethnographiques dans la réalisation de ses enquêtes empiriques. Ses recherches actuelles concernent le rapport des internautes à l’information. Plus précisément, dans le contexte d’instabilité du paysage médiatique contemporain bouleversé par le numérique, son objectif est de tracer un panorama des méthodologies récentes mobilisées pour caractériser les activités en ligne.

Quelques publications :

  • Proulx, S, J.L. Garcia et L. Heaton (dir.), La contribution en ligne. Pratiques participatives à l’ère du capitalisme informationnel, Presses de l’Université du Québec, 2014.
  • Proulx, S., « La critique du capitalisme cognitif » in F. Aubin et J. Rueff, (dir.), Perspectives critiques en communication, PUQ, Québec, 2016, p. 191-212.
  • « L’injonction à participer au monde numérique », Communiquer. Revue de communication sociale et publique, no. 20, 2017, p. 15-27.

Mission au sein de QUANTISELF :

Il participera à l’enquête qualitative auprès des usagers, en particulier des séniors équipés.

Coordonnées :

MÉLANIE SHAIEK, CERLIS

Diplômée d’une maîtrise en sociologie en 2008 de l’Université Paris Descartes, Mélanie Shaïek a travaillé deux ans comme RH chargée de recrutement dans une société de service en ingénierie informatique. Toujours à cœur d’être au plus près du monde universitaire elle est revenue vers le monde académique et a intégré le CERLIS en septembre 2015, comme technicienne en production et analyses de données.

Missions dans le projet QUANTISELF :

Responsable de la définition et de la mise en place de la politique d’archivage des données et des recherches du laboratoire ainsi qu’administratrice de la plateforme HAL Cerlis c’est à ce titre que Mélanie Shaïek a intégré l’équipe QUANTISELF afin de mettre en œuvre une politique de l’archivage garantissant un libre accès pérenne aux données de l’enquête.

Coordonnées :

MOUSTAFA ZOUINAR, ORANGE

Moustafa Zouinar travaille dans le département de Sciences Sociales (SENSE) d’Orange et occupe une fonction de professeur associé au CNAM (CRTD). Ces activités portent sur l’analyse des usages et la conception des technologies de l’information et de la communication dans différents contextes (domestique et de travail). Ses travaux ont porté sur différents types de technologies (par exemple les systèmes de vidéocommunication, les applications sociales mobiles ou les systèmes d’authentification graphique). Il mène actuellement des recherches sur les assistants vocaux « intelligents » et les applications  informatiques de quantification de soi (projet Quantified Self).

Missions au sein de QUANTISELF :

Sa participation porte principalement sur l’analyse des applications de quantification de soi du point de vue de leur conception, avec un regard qui croise une approche sociologique et une approche ergonomique centrée sur l’interface/l’interaction homme machine. Cette analyse s’appuiera également sur une enquête ethnographique des processus de conception de ces applications.

Coordonnées : moustafa.zouinar@orange.com