Parution du n°216 de la revue « Réseaux » : « Quantified Self »

Ce numéro, paru en juin 2019, rassemble des contributions initiées et/ou poursuivies dans le cadre du projet ANR Quantiself, et est coordonné par Éric Dagiral, Christian Licoppe et Anne-Sylvie Pharabod. Le sommaire et l’ensemble des articles sont disponibles via la plateforme Cairn. Les liens directs vers les articles figurent également dans la rubrique « Publications » de ce site. En voici l’argumentaire :

« En quoi consistent les technologies désignées par l’expression « Quantified Self » ? Au-delà des seules pratiques sportives et médicales qui lui sont souvent associées, ce numéro propose d’explorer les origines et la variété des pratiques de quantification des individus en prenant au sérieux l’importance du tournant numérique. Pour une partie des observateurs, l’intérêt émergent pour la « quantification du soi » ou le « Soi quantifié » doit en premier lieu être rapporté à la diffusion croissante d’objets connectés (capteurs, bracelets, montres et applications mobiles, etc.) résolument attachés aux personnes (portés sur soi de façon particulièrement continue). Pour d’autres analystes, le « Quantified Self » désigne un prolongement et un renouvellement des façons de mesurer les corps, les états mentaux et les activités humaines. Ainsi figure-t-il un nouveau registre d’extension de la mise en données du monde et des individus à l’ère numérique et qui intéresse plusieurs disciplines, et dont ce numéro propose le premier état des lieux en langue française.

Ce numéro de Réseaux s’intéresse donc au « Quantified Self » à travers plusieurs perspectives. Il analyse tout d’abord le point de vue du mouvement sociopolitique californien qui porte cette promesse de connaissance de soi par les chiffres ; il entre également par les dispositifs numériques contemporains – et plus anciens – de mesure de soi ; et il présente une vaste analyse inédite du déploiement contemporain des pratiques de self-cracking en France. Ce numéro propose donc tout à la fois de porter un regard empirique et distancié sur le développement des quantifications de soi, d’en explorer les origines et la variété en prenant au sérieux l’importance du tournant numérique. Il commence par faire le point sur les nombreux travaux de sciences sociales récemment consacrés à cet objet, dont il catégorise les grandes questions de recherches et présente les principaux résultats. Il revient ensuite en détails sur les différentes facettes associées à la métaphore du « Quantified Self », et analyse les théories inscrites dans ces technologies. Il présente enfin les résultats d’enquêtes de terrain originales auprès des usagers des technologies de mesure de soi : la première montre que les enjeux et les pratiques de quantification des individus évoluent largement selon le cycle de vie ; la seconde analyse en profondeur le suivi des pratiques de la marche, à travers le comptage du nombre de pas. »

Auteurs du dossier thématique :
Éric Dagiral, Séverine Dessajan, Tomas Legon, Christian Licoppe, Olivier Martin, Mika Pantzar, Anne-Sylvie Pharabod, Serge Proulx, Minna Ruckenstein, Moustafa Zouinar


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.