Interventions de Séverine Dessajan et Tomas Legon au congrès de l’AFS 2019

Séverine Dessajan et Tomas Legon ont tous deux présenté des résultats du projet à l’occasion du dernier congrès de l’Association Française de Sociologie, qui s’est tenu à Aix-en-Provence du 27 au 30 août dernier. Voici les titres et résumés et leurs communications respectives :

Séverine Dessajan, Université Paris Descartes, CERLIS : « Variations des pratiques d’automesure chez de jeunes mères »

Résumé :

« Cette communication cherchera à comprendre les logiques de quantification des jeunes mères quand ces dernières pratiquent l’automesure pour elle et/ou pour leur bébé. Aujourd’hui, un nombre conséquent d’actifs trentenaires et quarantenaires connaissent des pratique d’automesure avec comme finalité implicite voire explicite un « miroir réfléchissant » (Cardon, 2015, 70). Il s’agira ici de pratiques d’auto-mesure centrées sur des perspectives nourrissant des intérêts pour la dimension corporelle du soi et du bébé. Cela se vérifie particulièrement pour les femmes à l’arrivée de leur premier enfant. En effet, plusieurs d’entre elles ont recours à des usages de self-tracking ; certaines utilisent des dispositifs connectés tels que des balances, montres de sport, bracelets, podomètres, carnets d’alimentation, agendas, consignant ainsi leurs activités ou états physiques ; d’autres se servent d’applications dédiées à l’enregistrement de ces activités pour elles ou alors pour le bébé, sur téléphones ou sur tablettes. Ces pratiques se formalisent donc par une « mise en chiffre de soi » (Pharabod et al., 2013).

Ainsi quantifier se fait à deux niveaux pour elles : une quantification à soi, pour soi, de soi et une quantification à autrui et d’autrui, pour leur bébé. Ce dernier usage a pour lien la petite enfance, il s’agit d’enregistrer la prise de poids pendant la grossesse et la bonne croissance du bébé puis après la naissance, de mesurer les tétées, le sommeil, la prise de biberon puis après lors de la diversification alimentaire, l’évolution de la courbe de croissance, la prise de poids du bébé et la perte de poids de la maman, etc. Ces usages ont plusieurs finalités mais d’un prime abord peut leur servir de continuum entre vie professionnelle et vie personnelle, ainsi d’outils d’aide à l’organisation de leur quotidien (Martin et Dagiral, dir., 2016), mais ils traduisent également une préoccupation de soi et d’autrui, d’une recherche d’une hygiène de vie plus saine. Il est intéressant d’analyser la logique de ces pratiques et d’observer comment elles permettent de reconfigurer un rapport à soi et/ou à autrui, seul, en couple ou en famille. Le fait de quantifier permet-il alors de mieux se surveiller, voire contrôler ses propres activités ou états physiques ? Est-ce dans la recherche d’être une « bonne mère » (Lupton, 2012) ? Cette communication s’appuiera sur une vingtaine d’entretiens réalisés dans le cadre d’une recherche collective sur la quantification de soi, auprès de femmes, trentenaires ou quarantenaires, qui ont des pratiques de self-tracking depuis plus de trois mois. »

Tomas Legon, Télécom ParisTech et EHESS, CEMS : « Se quantifier à plus de 50 ans : objectivation de soi et perception subjective de son âge »

Résumé :

« Cette communication propose de comprendre le lien entre des pratiques de quantification de soi et le classement subjectif de soi comme étant d’un certain âge. Les publications sur ces pratiques de quantification de soi émergent essentiellement au début des années 2010 et ce sont multipliées récemment (Lupton, 2016). Mais elles appuient leurs réflexions sur le modèle (implicite ou explicite) d’un acteur plutôt jeune, en tout cas actif, connecté et engagé dans une optimisation de soi qui peut lui rapporter des gains personnels, professionnels, amoureux, etc. dans l ‘optique d’une « carrière » en cours de construction. Il est donc particulièrement intéressant de se demander comment s’opère la quantification de soi chez des individus âgés, qui n’ont plus d’activité professionnelle et qui n’ont pas été socialisés précocement aux usages de technologies numériques. On peut notamment s’interroger sur la manière dont l’objectivation de soi par des outils de mesure s’articule à la perception subjective de soi comme appartenant à une certaine catégorie d’âge (la « vieillesse », par exemple) et comme étant à un certain stade temporel de sa vie.

Pour ce faire, cette communication abordera dans un premier temps ce que l’âge des enquêtés fait à la pratique de quantification de soi : en quoi le fait d’avoir passé certains seuils comme la retraite ou la ménopause (qui peuvent fonctionner comme des « épreuves » dans le processus de vieillissement) et la présentation de soi comme étant dans un certain cycle de vie (être « vieux », « retraité », « senior »…) sont des contextes qui conduisent à envisager plus facilement certaines formes spécifiques de surveillance de soi ? J’analyserai ensuite ce que la quantification de soi fait au processus de vieillissement : je montrerais notamment que, si aucun enquêté ne cherche à « s’optimiser » ou « améliorer des performances » à l’aide d’outils de self tracking, la pratique de quantification de soi peut quand même être tournée vers des modifications futures de soi vues comme souhaitables. En outre, en objectivant une forme de déclin par les statistiques (déclin des performances sportives, de l’activité physique, de l’état de santé…), le fait de se quantifier participe au processus d’acceptation subjective de ces nouvelles limites objectives (correspondant ainsi au « vieillissement social » tel que définit par Bourdieu (1979)) et conduit les enquêtés à réorganiser leurs activités et à repenser des objectifs réalistes (correspondant ainsi à la « déprise » décrite par Caradec (2008)).Cette communication s’appuiera sur des données produites dans le cadre de la recherche collective « Quantiself », financée par l’ANR. Je mobiliserais ici les données issues d’une enquête par entretien réalisés avec 30 individus de 50 ans et plus (l’enquêté le plus âgé du corpus a 87 ans) qui quantifient un aspect de leur vie depuis au moins 3 mois au moment de la prise de contact. Une dizaine d’enquêtés ont été interviewés une seconde fois, un an après le premier entretien, pour mesurer l’évolution de leurs pratiques de quantification d’eux-mêmes. Sans être explicitement citées ici, les analyses peuvent s’appuyer sur la comparaison avec le reste du matériau empirique produit dans le cadre de la recherche collective (entretiens avec des individus d’autres tranches d’âge, données de cadrage issues d’un questionnaire renseigné par 1829 individus). »